Brevets en mécanique et suffisance de description devant l’OEB

Par Robert Balsters,
Mechanical patents and sufficiency of disclosure wind turbines

Les chambres de recours de l'Office européen des brevets (OEB) ont récemment statué sur une affaire de suffisance de description dans le domaine de la mécanique. Robert Balsters examine la décision et ce qu'elle signifie pour les brevets en mécanique

Dans l'affaire T 0500/20, les chambres de recours de l'OEB ont examiné la question de la suffisance de description dans le cadre d'une demande de brevet portant sur des éoliennes. Le requérant (l'opposant) a attaqué le brevet pour insuffisance de description, en particulier en raison de l'incapacité de la méthode à détecter et à amortir les oscillations latérales des pales du rotor dans une gamme de fréquences proche de la fréquence propre de certaines pièces de l'éolienne.

  • L'opposant a fait valoir que les moyens de détection ne seraient pas en mesure de toujours détecter avec précision les oscillations sur les bords.
  • Lorsque la fréquence des oscillations de bord est proche d'une fréquence de résonance d'un autre composant de l'éolienne, un composant en résonance pourrait fausser la détection des oscillations de bord.
  • Ainsi, l'opposant a conclu à l'existence d'un mode de réalisation non fonctionnel, de sorte que l'invention ne serait pas suffisamment décrite sur toute l'étendue de la revendication.
  • Cette approche, à travers toute l'étendue de la revendication, est développée principalement dans le domaine de la chimie.

Brevets en mécanique et étendue de la revendication

Selon la décision, l'opposant objecte, tant pour la revendication 1 que pour la revendication 11, que l'invention ne peut être mise en œuvre en raison d'une contradiction dans les caractéristiques de la revendication. La revendication exige un changement de la position de lacet de la nacelle alors que la turbine est à l'arrêt, ce qui, selon l'opposant, signifie qu'aucune opération (y compris le changement de la position de lacet de la nacelle) n'est possible.

Toutefois, la chambre estime qu'une telle contradiction n'existe ni dans le libellé de la revendication ni dans la description qui l'accompagne. Le terme "ralenti" est généralement compris comme signifiant "fonctionner alors qu'il est déconnecté de la charge ou débrayé, de sorte qu'il n'effectue aucun travail externe ou utile" (OED). Dans le domaine des éoliennes, cela signifie simplement que l'éolienne fonctionne mais sans produire d'énergie, normalement lorsqu'elle n'est pas couplée au réseau électrique. L'homme du métier, un ingénieur qui conçoit et développe des éoliennes, n'aura aucune difficulté à comprendre ce terme, que ce soit dans le contexte de la revendication ou dans la description. En effet, cette compréhension est confirmée par l'énoncé explicite, dans la revendication, d'une situation de production d'énergie au ralenti de ladite éolienne par rapport à un réseau électrique. D'autres opérations, comme le changement d'orientation de la nacelle, n'ont pas besoin d'être suspendues pour répondre à cette caractéristique de la revendication. L'argument selon lequel il y aurait une "contradiction" est donc fallacieux.

La chambre n'a donc pas considéré que cela signifiait que l'invention n'était pas suffisamment divulguée, faisant remarquer que : "Les cas isolés de réalisations ne fonctionnant pas ou pas correctement n'ont pas d'importance pour la question du caractère suffisant de la description, compte tenu du grand nombre d'alternatives concevables et réalisables indiquées dans la description".

Un test mal appliqué aux brevets mécaniques ?

La chambre a en outre formulé un commentaire général selon lequel il était regrettable qu'une approche visant à évaluer le caractère suffisant de la description ait été mal appliquée dans le domaine de la mécanique, étant donné que l'approche est principalement développée dans le domaine de la chimie pour les inventions dans lesquelles un aspect central de l'invention revendiquée est une gamme de compositions ou de valeurs de paramètres.

Dans ce cas, il est important qu'un effet associé dans le brevet à la gamme soit plausible ou démontré de manière plausible dans toute l'étendue de la gamme revendiquée (en laissant de côté les questions de preuve de la plausibilité, qui font actuellement l'objet de la saisine G2/21). Dans le cas contraire, l'invention revendiquée serait insuffisamment décrite, car l'effet n'est pas plausible dans toute l'étendue de la gamme.

Fonder un argument d'insuffisance sur cette approche est inapproprié pour les inventions revendiquées qui n'impliquent pas une gamme de valeurs de paramètres ou de compositions et qui peuvent être rejetées d'emblée pour cette raison. C'est notamment le cas lorsque, comme en l'espèce, une invention vise un concept largement défini exprimé en termes de caractéristiques structurelles ou fonctionnelles génériques d'un appareil ou d'une méthode.

Démonstration d’une inefficacité dans les brevets de mécanique

La chambre a également indiqué qu'il était dommage de constater que cela se produisait de plus en plus souvent dans le domaine de la mécanique. En mécanique, il ne suffit donc pas, pour démontrer l'insuffisance de description, d’identifier un exemple, couvert par les termes de la revendication, qui ne fonctionne pas parce qu'il n'atteint pas entièrement ou pas du tout l'effet revendiqué.  

Un tel exemple ne prouve pas que le concept revendiqué ne fonctionne pas ; il reflète plutôt les limitations qui sont inhérentes à toute entreprise technologique et qui peuvent ouvrir la voie à un développement (inventif) futur.

La chambre a déclaré que, pour faire valoir avec succès l'insuffisance dans un cas tel que celui de l'espèce, la charge de la preuve était très élevée : "La partie doit démontrer par une argumentation convaincante fondée sur les principes sous-jacents, si nécessaire étayée par des preuves, que le concept revendiqué ne fonctionne pas, parce qu'il ne permet en aucune mesure d'obtenir l'effet souhaité ou qu'il est en fait contraire aux lois de la nature. Ou bien elles doivent démontrer que la description manque d'informations sur un aspect important de l'invention revendiquée, sans lesquelles l'homme du métier ne peut réaliser l'invention revendiquée sans charge excessive" (motifs 3.6).

Dans l'ensemble, la décision T 0500/20 est importante parce qu'elle clarifie l'exigence de suffisance de description pour la brevetabilité des brevets en mécanique, en particulier dans le contexte des inventions visant des caractéristiques structurelles ou fonctionnelles génériques d'un appareil ou d'une méthode. Il fournit des conseils aux praticiens et aux demandeurs de brevets sur la manière de rédiger et de défendre des demandes de brevet qui satisfont à l'exigence de suffisance de description, et donne également un aperçu des normes appliquées par l'OEB lors de l'évaluation de la brevetabilité de ces inventions.

Pour plus d'informations ou de conseils sur la brevetabilité des brevets en mécanique, adressez-vous à votre Conseil en Propriété Industrielle Novagraaf ou contactez-nous ci-dessous.

Robert Balsters, Conseil en Propriété Industrielle en Brevets et Directeur du Département NTIC, Novagraaf Suisse.

Insights liés

Blog Nova IP Hour

[Blog] La liste des finalistes aux « European Inventor Award » dévoilée

La cérémonie du Prix de l’Inventeur Européen 2024 se déroulera à Malte le 9 juillet prochain. L’OEB vient de dévoiler la liste des douze finalistes. Comme chaque année, le public peut voter pour l’un des douze inventeurs dans le cadre du Prix du Public. Découvrez les finalistes et voter pour le prix du public.

Par Rose-Marie Ehanno,
[Blog] La liste des finalistes aux « European Inventor Award » dévoilée
Blog Nova IP Hour

[Blog] « Faute de grives je bois du merle » - Une idée marketing ingénieuse devenue contrefaçon

Le 21 février 2024, la Cour d’Appel de Paris a rendu son verdict concernant la marque de négoce « Faute de grives je bois du merle ». Clin d’œil à l’adage, ou subtile moquerie. Étaient visées les marques « Premières Grives » et « Dernières Grives », défendues vigoureusement par la société Tariquet. En effet, le domaine de Tariquet présente un quasi-monopole sur le terme « Grives » et sur la représentation de petits oiseaux ressemblants, pour désigner des vins moelleux d’IGP Côtes de Gascogne. Les deux négociants ont été condamnés pour contrefaçon et concurrence déloyale. Lire la suite

Par Novagraaf Team,
[Blog] « Faute de grives je bois du merle » - Une idée marketing ingénieuse devenue contrefaçon
Blog Nova IP Hour

[Blog] Héritiers d'Uzi Nissan récupèrent <nissan.com> et <nissan.net> après un long conflit

La société automobile Nissan a lutté pendant des années pour récupérer les noms de domaine et auprès de son titulaire, Uzi Nissan, fondateur de Nissan Computer. Elle a échoué, mais Uzi Nissan a dépensé plus de 3 millions de dollars pour combattre Nissan automobile au cours d'une bataille, de huit ans, débutée en 1999. Lire la suite

Par Marc-Emmanuel Mellet,
[Blog] Héritiers d'Uzi Nissan récupèrent <nissan.com> et <nissan.net> après un long conflit

Pour plus d'informations ou de conseils contactez-nous