Création d’une nouvelle mention de vieillissement pour les plus vieux cognacs

Un arrêté de 8 novembre 2018 est venu modifier le cahier des charges de l’appellation d’origine contrôlée Cognac. Désormais, il est possible aux opérateurs du secteur d’apposer sur leurs étiquettes la mention « XXO » (ou « Extra Extra Old »), dès lors que l’eau-de-vie la plus jeune a au moins 14 ans d’âge.

A l’origine de cette mention, la société JAS HENNESSY & CO, qui avait commercialisé, dès la fin du XIXème siècle, des eaux-de-vie portant l’indication « XXO ». Abandonnée au cours des années 1930, la marque a par la suite été déposée par la société SLAUR CHAUVET en 2006 pour des « boissons alcooliques (à l’exception des bières) » en classe 33.

A cette date, l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI) avait accepté l’enregistrement de la marque sans modification et aucun opérateur ou institutionnel n’avait remis en cause la validité de ce signe.

Pourtant, dès l’origine, la question de la validité du signe « XXO » à titre de marque pouvait se poser. En effet, le signe « XXO » n’était pas sans rappeler la mention « XO », réservée selon le cahier des charges de l’AOC Cognac aux eaux-de-vie de vin, dont la plus jeune a au moins 10 ans.

Admettre l’enregistrement de la marque « XXO » revenait à autoriser un producteur à s’approprier un signe particulièrement proche d’une mention qui est, d’une part, réglementée et, d’autre part, autorisée pour l’ensemble des opérateurs dès lors qu’ils remplissent les conditions d’usage. En outre, il existait potentiellement un risque de tromperie pour le consommateur d’attention moyenne, qui pouvait croire, peut-être à tort, que le cognac portant la marque « XXO » était encore plus âgé qu’un cognac « XO ».

Ce n’est cependant que suite au rachat de la marque « XXO » en 2014 par la société HENNESSY et surtout au début de sa commercialisation en 2017 que certains opérateurs ont vu dans l’utilisation de cette « nouvelle » marque un acte concurrentiel litigieux.

En raison de la saisie par la DIRECCTE des tribunaux, la société HENNESSY a été contrainte de suspendre l’utilisation de la marque « XXO » sur tous supports de communication, et notamment sur ses étiquettes et emballages. Or, pour elle, il ne pouvait y avoir tromperie « puisque la véritable mention de vieillissement de ce produit, “hors d’âge”, figure sur les flacons ».

Finalement, après des mois de négociations entre producteurs et institutionnels, le Bureau National de l’Interprofession de Cognac a admis la possibilité, pour tous les opérateurs du cognac, d’apposer sur leurs flacons la « nouvelle » mention « XXO », dès lors que l’eau-de-vie la plus jeune de l’assemblage a au moins 14 ans d’âge.

Dès la publication de l’arrêté du 8 novembre 2018, HENNESSY a procédé à la radiation de sa marque du registre de l’INPI. Cette maison de cognacs a donc désormais l’autorisation formelle d’exploiter le signe « XXO », à l’instar de ses concurrents, en respectant les conditions édictées par le cahier des charges.

Cette affaire rappelle que toute innovation marketing doit certes tenir compte de l’état du droit mais peut également, parfois, contribuer à le faire évoluer.

Si vous avez des questions, n'hésitez pas à contacter votre conseil habituel ou à envoyer un mail à notre équipe spécialisée en droit des vins et spiritueux agence-bordeaux@novagraaf.com.

Insights liés

NovaWeb

Point sur l'actualité des nouvelles extensions dans le domaine viticole

Face à la croissance du Web et la rareté de disponibilité de certains radicaux de noms de domaine, et sous l’impulsion de l’ICANN depuis le début des années 2000, de nombreuses extensions (dites les « New Gtlds ») s’ouvrent à la réservation progressivement au fil des mois dans le but de désencombrer les registres des bureaux d’enregistrement et de proposer une alternative au traditionnel «.com ».

Par Colombe Dougnac,
Point sur l'actualité des nouvelles extensions dans le domaine viticole
Actualités et avis

Ordre public : l’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs…

Par un arrêt en date du 12 mai 2021, le Tribunal de l’Union Européenne (TUE) rejette le recours formé contre la décision rendue par la Chambre de recours de l’Office de l’Union Européenne pour la Propriété Intellectuelle (EUIPO), confirmant ainsi le rejet de la demande d’enregistrement de marque portant sur le signe semi-figuratif BavariaWeed au motif que le signe est contraire à l’ordre public.

Par Anna Di Grezia,
Ordre public : l’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs…

Pour plus d'informations ou de conseils contactez-nous

Confidentialité et cookies

Pour fournir la meilleure expérience possible aux visiteurs du site Web, Novagraaf utilise des cookies. En cliquant sur "Accepter" ou en continuant d’utiliser le site, vous acceptez notre politique de confidentialité, y compris la politique en matière de cookies.