Le système ADULTBLOCK : bloquez vos noms de domaine dans les principales extensions adultes

Pour mémoire, les titulaires de marques ont eu l’opportunité en 2011 de bloquer des noms de domaine en .xxx, reprenant leur marque, pour 10 ans, pour éviter le "pornsquatting".

Nous arrivons au terme de ces 10 années de blocage ce 1er décembre 2021 et le registre a annoncé que ce blocage serait remplacé par les systèmes ADULTBLOCK et ADULTBLOCK + couvrant également, en plus de l’extension .xxx, ses autres extensions adultes (.adult , .porn , .sex).

L’ADULTBLOCK +, en plus de bloquer les noms de domaine à l’identique de la marque pour ces extensions, a l’avantage d’inclure des variantes typographiques et homoglyphiques, notamment les noms de domaine avec et sans tirets pour une marque constituée de plusieurs termes.

Cette protection peut s’avérer utile pour éviter l’association de votre marque à un contenu à caractère pornographique, sur une extension adulte.

Si le risque peut être discutable cette protection a l’avantage d’exister, permettant un blocage sur 4 extensions et de multiples noms de domaine avec l’ADULTBLOCK +.

Néanmoins, il est possible également de positionner un abandon à l’échéance du 1er décembre 2021 et d’enregistrer uniquement votre nom de domaine défensif en .xxx dès qu’il sera de nouveau disponible, selon la règle du premier arrivé, premier servi.

Si toutefois, vous ne souhaitez pas poursuivre ce système de blocage sur ces extensions adultes, assurez-vous au préalable que chacune de vos marques ne faisait pas l’objet d’un tel blocage qui arriverait à échéance, et dans le cas contraire confirmez impérativement l’abandon auprès de votre registrar.

En l’absence d’instructions expresses en ce sens, il convient de noter que le registre convertira automatiquement les blocages en ADULTBLOCK.

Enfin, nous rappelons que sont désormais éligibles au titre de blocage, les droits suivants :

  • Le nom de société (dénomination sociale ou enseigne commerciale)
  • Le nom de célébrité / personnalité publique (au sens large)
  • Une marque enregistrée
  • Une marque non enregistrée (droit anglo-saxon)
  • Un terme bloqué en 2011 sous le .xxx durant la phase de sunrise tel que susmentionné

Nous demeurons à votre entière disposition pour vous conseiller sur ces démarches ainsi que sur la stratégie plus globale de protection et surveillance de vos marques parmi les noms de domaine.

Retrouvez ici les trucs et astuces de nos experts en matière de protection de marques sur le Web.

Charline Prêt, Service noms de domaine, Novagraaf, France

Insights liés

Blog Nova IP Hour

[Blog] La liste des finalistes aux « European Inventor Award » dévoilée

La cérémonie du Prix de l’Inventeur Européen 2024 se déroulera à Malte le 9 juillet prochain. L’OEB vient de dévoiler la liste des douze finalistes. Comme chaque année, le public peut voter pour l’un des douze inventeurs dans le cadre du Prix du Public. Découvrez les finalistes et voter pour le prix du public.

Par Rose-Marie Ehanno,
[Blog] La liste des finalistes aux « European Inventor Award » dévoilée
Blog Nova IP Hour

[Blog] « Faute de grives je bois du merle » - Une idée marketing ingénieuse devenue contrefaçon

Le 21 février 2024, la Cour d’Appel de Paris a rendu son verdict concernant la marque de négoce « Faute de grives je bois du merle ». Clin d’œil à l’adage, ou subtile moquerie. Étaient visées les marques « Premières Grives » et « Dernières Grives », défendues vigoureusement par la société Tariquet. En effet, le domaine de Tariquet présente un quasi-monopole sur le terme « Grives » et sur la représentation de petits oiseaux ressemblants, pour désigner des vins moelleux d’IGP Côtes de Gascogne. Les deux négociants ont été condamnés pour contrefaçon et concurrence déloyale. Lire la suite

Par Novagraaf Team,
[Blog] « Faute de grives je bois du merle » - Une idée marketing ingénieuse devenue contrefaçon
Blog Nova IP Hour

[Blog] Héritiers d'Uzi Nissan récupèrent <nissan.com> et <nissan.net> après un long conflit

La société automobile Nissan a lutté pendant des années pour récupérer les noms de domaine et auprès de son titulaire, Uzi Nissan, fondateur de Nissan Computer. Elle a échoué, mais Uzi Nissan a dépensé plus de 3 millions de dollars pour combattre Nissan automobile au cours d'une bataille, de huit ans, débutée en 1999. Lire la suite

Par Marc-Emmanuel Mellet,
[Blog] Héritiers d'Uzi Nissan récupèrent <nissan.com> et <nissan.net> après un long conflit

Pour plus d'informations ou de conseils contactez-nous