Point sur l'actualité des nouvelles extensions dans le domaine viticole

Par Colombe Dougnac,

Face à la croissance du Web et la rareté de disponibilité de certains radicaux de noms de domaine, et sous l’impulsion de l’ICANN depuis le début des années 2000, de nombreuses extensions (dites les « New Gtlds ») s’ouvrent à la réservation progressivement au fil des mois dans le but de désencombrer les registres des bureaux d’enregistrement et de proposer une alternative au traditionnel «.com ».

Des centaines de nouvelles extensions se sont donc ouvertes à la réservation, permettant ainsi aux entités et particuliers de proposer leur activité au travers de noms de domaine dont les extensions sont en lien avec leur secteur, et notamment dans le domaine viticole.

Aussi, châteaux, vignobles, négociants et autres entreprises du vin, se voient donc la possibilité de développer sous différentes extensions, pour lesquelles nous avons fait une sélection :

  • Extensions spécialement dédiées : .vin et .wine. Ces extensions sont administrées par le registre Donuts et ouvertes depuis le 27 janvier 2016, dans leur version française et internationale. Il a été expressément prévu avec le registre une protection spécifique pour les appellations géographiques afin que celles-ci ne soient pas monopolisées par des tiers mal intentionnés.

Aujourd’hui, il s’agit des principales extensions dédiées au monde du vin, avec près de 800 000 réservations à travers le monde.  Les noms de domaine en .VIN et .WINE s’enregistrent pour une durée minimum d’une année et sont ouverts à tous. Les enregistrements de noms de domaine à caractères spéciaux dans ces extensions sont également possibles.

  • Extensions plus générales : une alternative peut également être envisagée en s’orientant vers les extensions plus générales telles que : .company, .international, .group, store, .online, .site, qui peuvent également intéresser les entreprises viticoles selon leur physionomie.

Enfin, nous rappellerons l’importance de réserver, au moins à titre conservatoire, les extensions nationales dans les principaux pays d’exportation, et notamment le .cn, 3ème extension la plus réservée au monde.

Retrouvez ici les trucs et astuces de nos experts en matière de protection de marques sur le Web.

Colombe Dougnac, Juriste en Propriété Industrielle en Marques, Dessins et Modèles, Novagraaf, France

Insights liés

Actualités et avis

Ordre public : l’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs…

Par un arrêt en date du 12 mai 2021, le Tribunal de l’Union Européenne (TUE) rejette le recours formé contre la décision rendue par la Chambre de recours de l’Office de l’Union Européenne pour la Propriété Intellectuelle (EUIPO), confirmant ainsi le rejet de la demande d’enregistrement de marque portant sur le signe semi-figuratif BavariaWeed au motif que le signe est contraire à l’ordre public.

Par Anna Di Grezia,
Ordre public : l’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs…
Actualités et avis

Quand protéger son invention?

Bien souvent, le développement d’un nouveau produit ou d’un nouveau procédé n’est pas un long fleuve tranquille et ressemble parfois plus à une rivière déchainée: soucis de mise au point, fournisseurs difficiles à trouver, investisseurs à convaincre, les obstacles ne manquent pas.

Par Stéphane Roux,
Quand protéger son invention?

Pour plus d'informations ou de conseils contactez-nous

Confidentialité et cookies

Pour fournir la meilleure expérience possible aux visiteurs du site Web, Novagraaf utilise des cookies. En cliquant sur "Accepter" ou en continuant d’utiliser le site, vous acceptez notre politique de confidentialité, y compris la politique en matière de cookies.