Formulaire de contact

Envoyer un e-mail

 Recevoir la newsletter

Appeler

Prince : rétrospective en marques

13-05-2016

Prince Rogers Nelson a utilisé plusieurs noms de scène pendant tout la durée de sa carrière musicale. En plus de Prince, son surnom le plus connu, l’artiste s’est d’abord fait connaitre sous le pseudonyme de « The Artist Formerly Known As Prince » TAFKAP) après avoir adopté un symbole imprononçable comme nom de scène suite à un litige avec son label Warner Brothers. Étonnamment, l’enregistrement protégeant le nom de Prince fut autorisé à expirer deux fois.

Le dépôt d’origine pour le nom de Prince avait été déposé à l’Office américain (USPTO) en 1989 pour la classe : services de divertissements, concerts de musique live et performances vocales par un individu. Elle a été approuvée pour enregistrement en 1990, mais a été annulé en 1996 après que le propriétaire (PRN Music Corporation) eut failli à démontrer l’usage de la marque dans le commerce sous les termes de la Section 8.

La législation sur les marques aux Etats-Unis requiert que les Sections 8 de la déclaration soient remplies entre les 5ème et 6ème anniversaires, et les 9ème et 10ème anniversaires de l’enregistrement (et par la suite, pour chaque période successive de 10 ans dans le cadre du processus de renouvellement). Une marque pour protéger le nom Prince avait été réenregistrée en 1997, mais avait été laissé à nouveau expirer en 2004 pour les mêmes raisons apparentes.

La marque actuelle a été réenregistré en octobre 2014 et approuvée le 25 avril dernier, 4 jours après que la légende de la pop fut retrouvée sans vie dans son studio d’enregistrement de Paisley Park (le propriétaire de la marque est désormais référencé comme Paisley Park Enterprises, Inc.).

Un signe des temps qui court ?

Le même cas de figure peut être observé pour d’autres marques liées à Prince, et incluent notamment : Prince and the Revolution (abandonnée en 1985 et 1990, due à l’absence de réponse ou une réponse hors délais), Paisley Park (annulée en 1991 et 1995, pas de cas d’usage), et The New Power Generation (annulée en 1999 et 2004, sous la Section 8). La marque The New Power Generation avait été enregistrée à nouveau en 2014.

Une marque pour protéger le symbole « love » (voir à droite) avait été enregistrée à nouveau en 2003 et renouvelée par la suite (malgré que les classes protégeant à la fois les « les produits en papier » et « éducation et divertissements » soient toutes deux abandonnées).

Contrôles administratifs ?

La bloggeuse américaine Martha Engel avait aussi souligné le mois dernier cette façon particulière de procéder sur le site DuetsBlog, en ajoutant que : « avant même qu’un juge ne confirme que Prince n’avait pas de testament, ses dépôts de marques donnaient des indices subtils sur le fait que ses affaires n’étaient plus totalement ordonnées ».

Cependant, cela ne veut pas dire pour autant que l’artiste ignorait la valeur des titres de Propriété Intellectuelle. Martha Engel a rappelé un point que beaucoup oublient : Prince avait inventé et déposé le dessin d’un clavier de synthétiseur (aujourd’hui arrivé à expiration).

Son génie nous manquera profondément.

Dennis Wilke travail au Competence Centre du bureau Novagraaf d’Amsterdam.