[Blog] L’Office Américain des Brevets et des Marques (USPTO) passe au format DOCX

Par Martin Kohrs,

Depuis le 17 janvier 2024, l’USPTO exige une surtaxe de 400$ pour tout dépôt de demande de brevet autrement qu’en format ‘DOCX’. Le format comporte des balises prédéfinies qui permettent l’analyse de la demande et la détection d’erreurs.

Au moment du dépôt, le document sera analysé automatiquement et une liste d’alarmes et d’erreurs sera générée. Une alarme n’empêchera pas le dépôt. Une erreur devra quant à elle être corrigée pour que le dépôt puisse avoir lieu.

Temporairement, le dépôt en format DOCX pourra être accompagné d’un document en format PDF, qui pourra servir pour corriger le contenu du document en format DOCX en cas de différence.

Consulter la page ‘DOCX’ de l’USPTO.

Insights liés

Articles

L’affaire veuve Clicquot : Les défis de l’acquisition du caractère distinctif par l’usage pour les marques de couleurs

Si les marques de couleurs peuvent constituer un puissant outil de différenciation pour les entreprises, leur enregistrement et protection juridique sont loin d'être évidents. La maison Veuve Clicquot Ponsardin, en cherchant à protéger sa célèbre couleur orange, illustre parfaitement les défis de l’acquisition du caractère distinctif par l'usage au sein de l'Union européenne.

Par Novagraaf Team,
L’affaire veuve Clicquot : Les défis de l’acquisition du caractère distinctif par l’usage pour les marques de couleurs
Articles

Le lion n’en fait-il qu’à sa tête ? Exemple de la défense d’un signe figuratif composé d’une tête de lion

Les représentations d’animaux sont fréquemment utilisées à titre de marques. Qu’en est-il cependant de la défense de tels signes figuratifs ? Ce n’est pas toujours chose facile, comme l'explique Fabienne Maucarré.

Par Fabienne Maucarré,
Le lion n’en fait-il qu’à sa tête ? Exemple de la défense d’un signe figuratif composé d’une tête de lion
Blog Nova IP Hour

[Blog] La contrefaçon s’invite dans le sport : Sera-t-elle déclarée vainqueur ?

L'EUIPO estime que la contrefaçon d'articles de sport cause chaque année un préjudice financier de 851 millions d'euros, touchant particulièrement la France, l'Autriche et les Pays-Bas. Ce phénomène entraîne des suppressions d'emplois et des pertes d'innovation. Malgré cela, 9 % des jeunes Français ont déjà acheté des contrefaçons en ligne. Lire la suite

Par Novagraaf Team,
[Blog] La contrefaçon s’invite dans le sport : Sera-t-elle déclarée vainqueur ?

Pour plus d'informations ou de conseils contactez-nous