Burger King et Free : y aura-t-il de la friture sur la ligne ?

Par Marine Dissoubray,

Le 5 juillet dernier, Burger King lançait en France un nouveau sandwich avec cette accroche : « Il est frit, il a tout compris ». Il s’agit bien sûr d’une référence au célèbre slogan de Free « Il a Free. Il a tout compris ».

Pour l’heure, ceci n’a donné lieu qu’à une gentille bataille de tweets entre l’opérateur et le roi du burger, sur le ton de l’humour. Pourtant, il faut noter que ce slogan fait l’objet d’une marque enregistrée par Free devant l’INPI en 2008, pour des produits et services de télécommunications. En principe, Free pourrait faire valoir ce droit à l’encontre de Burger King. Bien entendu, l’opérateur devrait prendre en compte le principe de spécialité, dans la mesure où les burgers sont différents des produits couverts par sa marque. Free pourrait-il avancer le caractère notoire de sa marque pour s’en affranchir ?

La question restera peut-être en suspens, car il est possible que l’affaire n’aille pas au-delà du buzz. Quoi qu’il en soit, elle n’est pas sans rappeler le litige entre Apple et Swatch sur le slogan « Think different » que nous avions traité dans notre article "THINK DIFFERENT : THINK PREUVES D'USAGE".

Burger King France

Crédit photo : Burger King France 

Insights liés

Nova IP Hour

L’existence d’une empreinte nostalgique dans la conscience collective permet-elle de conférer un droit sans dépôt ni usage ?

Des marques célèbres dans les années 80, comme par exemple K-WAY, sont revenues en force quelques décennies plus tard au grand bonheur des boomers, de leurs enfants et petit-enfants, réunissant ainsi plusieurs générations sous la même bannière zippée. Mais que se passe-t-il si ces marques sont tombées dans l’oubli, que les titres correspondants n’ont pas été renouvelés et que des tiers tentent de les déposer ? Lire la suite

Par Carole Roger,
L’existence d’une empreinte nostalgique dans la conscience collective permet-elle de conférer un droit sans dépôt ni usage ?
Hot topics

Titulaires de marques : attention à la responsabilité pour les produits défectueux

Le titulaire d'une marque doit-il être tenu responsable du défaut d'un produit, même s'il n'a pas fabriqué les marchandises ? Telle était la question au cœur d'un récent litige devant la Cour de Justice de l'Union Européenne (CJUE). Noa Rubingh examine l'arrêt et ses implications pour les titulaires de marques.

Titulaires de marques : attention à la responsabilité pour les produits défectueux

Pour plus d'informations ou de conseils contactez-nous

Confidentialité et cookies

Pour fournir la meilleure expérience possible aux visiteurs du site Web, Novagraaf utilise des cookies. En cliquant sur "Accepter" ou en continuant d’utiliser le site, vous acceptez notre politique de confidentialité, y compris la politique en matière de cookies.