EUROVISION : savez-vous que le célèbre générique est enregistré à titre de marque ?

Par Marine Dissoubray,

L’occasion de faire le point sur les marques sonores !

  • Il est possible de déposer une marque sonore pour protéger une phrase musicale ou encore un son.
     
  • Le célèbre générique de l’Eurovision constitue une des premières marques sonores à avoir été enregistrée auprès de l’EUIPO (marque n° 000907527 déposée le 14 août 1998). Il était à l’époque nécessaire que la marque soit représentée graphiquement, aussi a-t-elle été déposée sous forme de portée.
     
  • La suppression de l'exigence de représentation graphique, avec l'adoption du « paquet marque », a permis de déposer plus facilement des marques sonores ces dernières années, notamment en fournissant des fichiers audio.
     
  • Près de 300 marques sonores sont à ce jour enregistrées auprès de l’INPI et de l’EUIPO (marques françaises et marques de l’UE).
     
  • Le son choisi doit toutefois permettre au public de bien identifier l'origine des produits ou services visés par la marque. Comme toute autre marque, la marque sonore ne peut accéder à l’enregistrement que si elle est suffisamment distinctive au regard des produits ou services qu’elle désigne.
     
  • La marque constituée du son produit par l'ouverture d'une canette de soda, suivi d'un silence et d'un pétillement, a été jugée non-distinctive pour désigner des boissons (classes 29, 30, 32, 33), des conteneurs et récipients (classe 6). Trib. UE, 7 juill. 2021, aff. T-668/19, Ardagh Metal Beverage Holdings c/ EUIPO => lire notre article au sujet de cette décision
     
  • A noter toutefois : le générique de l’Eurovision est tiré du prélude de Te Deum, une œuvre composée par Marc-Antoine Charpentier au XVIIe siècle. Son enregistrement à titre de marque pose la question de l’appropriation des œuvres d’art tombées dans le domaine public => lire notre article à ce sujet

Pensez-y en soutenant la France ce samedi soir !

Insights liés

Actualités et avis

Un alignement attendu de régime : la dévolution des droits de PI des inventeurs non-salariés

Le droit au titre de propriété industrielle protégeant une invention appartient à l’inventeur ou à son ayant-cause, au titre de l’article L611-6 du Code de la Propriété Intellectuelle (CPI). Ce principe connait des nuances dans le cas des salariés et des agents publics.

Un alignement attendu de régime : la dévolution des droits de PI des inventeurs non-salariés

Pour plus d'informations ou de conseils contactez-nous

Confidentialité et cookies

Pour fournir la meilleure expérience possible aux visiteurs du site Web, Novagraaf utilise des cookies. En cliquant sur "Accepter" ou en continuant d’utiliser le site, vous acceptez notre politique de confidentialité, y compris la politique en matière de cookies.