La marque comme garantie de provenance des produits ou services

Par Colombe Dougnac,

A côté de sa fonction de garantie d’origine, permettant de différencier les produits ou services de différentes entreprises, la marque tend à devenir un indicateur de provenance du produit. Les sociétés s’inspirent du caractère évocateur de la marque afin de donner à celle-ci une fonction communicante du « made in local », au risque de remettre en cause le droit lui-même qui ne répondrait plus aux conditions de licéité ou de distinctivité exigées par l’article L 711-2 du Code de la propriété intellectuelle.

Différentes catégories de signes permettent d’évoquer cette origine :

La marque géographique

un nom géographique est susceptible d’être enregistré à titre de marque sous réserve que celui-ci n’indique pas la provenance du produit, qu’il ne porte pas atteinte à une indication géographique dans ses éléments verbaux mais également figuratifs ou qu’il ne désigne pas un lieu déjà réputé ou connu pour la catégorie de produits concernés.

Ainsi des signes tels que MONACO pour désigner des services de  transport (TUE,  15 janvier 2015, C-622/13) ou CASTEL pour des vins (CJUE, 30 avril
2015, C-622/13 P) ont pu être rejetés, alors que des signes tels que PORT CHARLOTTE pour des spiritueux (CJUE, 14 septembre 2017, C-56/16  P) ou ALASKA  pour des boissons ont  été enregistrés.

Pour  les marques figuratives, les couleurs « bleu/blanc/rouge » faisant référence au territoire français, peuvent être enregistrées sous réserve que le graphisme ne soit pas représenté sous la forme d’un signe étatique.

La marque viticole

La marque viticole est exclue du champs de protection, le dépôt à titre de marque de l’une des 383 appellations d'origine protégée ou contrôlée viticoles, telles que Bordeaux, Chablis, Grave, Beaujolais ou Saint-Emilion, sous peine d’être considéré comme descriptif. Les AOC (Appellation d’origine contrôlée) et AOP (Appellation d’origine protégée) garantissent la qualité d’un vin en raison de son origine géographique et des caractéristiques déterminées selon un cahier des charges, et ne peuvent être monopolisées par un producteur, même unique. C’est ainsi que l'enregistrement de la marque "CUVEE PALOMAR" pour du vin a été refusé compte tenu de l'indication géographique espagnole "PALOMAR" (TUE, 11 mai 2010, Abadia Retuerta/ OHMI, T-237/08).

Une marque vinicole doit également répondre à certaines conditions d’exploitation lorsqu’elle reprend des vocables appartenant à ce domaine. Ainsi, le nom « château », ou termes assimilés, tels que « clos », « domaines », « cru » et « hospices », est réglementé et réservé « aux vins bénéficiant d'une Appellation d'Origine Protégée lorsque les vins sont issus de raisins récoltés sur les parcelles d'une exploitation ainsi dénommée et vinifiés dans cette exploitation » (Article 7 du Décret du 4 mai 2012).

La marque patronymique

souvent garant de la personne créatrice du produit, s’est construite au fil des décisions judiciaires. Son exploitation par une société, alors que la personne ne travaille plus en son sein, a posé la problématique de son caractère déceptif. La Cour de justice a tranché en estimant qu'une marque composée d'un nom patronymique ne devenait pas automatiquement déceptive au seul motif que la personne titulaire de ce nom n'appartenait plus à l’entité commercialisant les produits sous ladite marque, sous réserve qu'il n'existe pas de volonté de la part de l'entreprise titulaire de la marque de faire croire au consommateur que la créatrice participait toujours à la création des vêtement (CJCE, 30 mars 2006, Elizabeth Florence Emanuel c/ Continental Shelf, C-259/04).

C’est ainsi que Pierre Bordas (C.cass, 12 mars 1985, aff. n°84-171163), Ines de La Fressange (C. cass, 31 janvier 2006, aff. n°05-10116), Lucien Mazenod (C. cass, 27 février 1990) ou encore plus récemment Christian Lacroix (Cour d'appel de Paris, pôle 5, 2e ch., 28 février 2020, 2019/02361 se sont vus déposséder de leur nom patronymique par la société.

La marque collective ou de garantie

A côté de la marque commerciale, un arsenal juridique s’est mis en place pour les marques dites collectives qui permettent de garantir la qualité du produit et service selon certaines des caractéristiques prévues par un règlement d’usage. La nouvelle législation est venue renforcer leurs conditions d’acquisition même si elle n’a pas ouvert leur accès aux signes descriptifs de l’origine géographique des produits.

Bien que soumises aux mêmes conditions d’enregistrement que tout autre signe, les spécificités inhérentes à ces marques évocatrices de la provenance des produits ou services, doivent être prises en compte, et ce, compte tenu de la tendance générale venant renforcer leur importance, notamment par l’ordonnance 2019- 1169 du 13 novembre 2019, transposant en droit interne la directive dite « Paquet marques », donnant une large part aux indications géographiques et aux marques collectives.

Colombe Dougnac, Conseil en Propriété Industrielle, Conseil Européen en Marques, Dessins et Modèles Novagraaf, Bordeaux

Insights liés

Actualités et avis

« Mieux vaut prévenir que guérir » : l’importance des clauses de propriété intellectuelle dans l’emploi du stagiaire-inventeur

Selon un récent classement de l’OEB, la France représente le second pays le plus innovant en Europe et le 5e pays ayant déposé le plus de demandes de brevet au monde. En 2020, les entreprises et instituts de recherche français ont déposé autour de 10 544 brevets, soit 3,1% de plus que l’année précédente. Au vu de cette croissance du nombre de dépôts de brevets, il semble pertinent de faire un point sur l’importance du contrat dans la relation inventeur-entreprise et plus particulièrement au regard de l’exception du stagiaire inventeur.

« Mieux vaut prévenir que guérir » : l’importance des clauses de propriété intellectuelle dans l’emploi du stagiaire-inventeur
Actualités et avis

"sanofi.sucks" : illustration d’un détournement de la liberté d’expression

Loin d’être absolu, le monopôle conféré par la marque voit ses effets cesser lorsque son usage par un tiers sort de la sphère commerciale. En effet, lorsqu’une marque est critiquée, parodiée ou encore utilisée à des fins informatives, il n’y a pas d’atteinte à sa fonction d’identification d’origine. Le consommateur est censé savoir que l’auteur de la critique ou de la parodie n’est pas le titulaire de la marque lui-même.

Par Sigolène Pellet,
"sanofi.sucks" : illustration d’un détournement de la liberté d’expression
Actualités et avis

Quelques actualités Chinoises en matière de marques

Carole vous alerte sur l’importance de déposer au plus tôt les translitérations chinoises de vos marques à travers l’exemple New Balance et vous communique une application intéressante de la loi nouvelle concernant les dommages et intérêts. Carole assure la protection et la défense des actifs immatériels par le biais du droit des marques, des dessins et modèles, des noms de domaine et du droit d'auteur auprès de grands noms, de PME dans des domaines d’activité variés, et de correspondants asiatiques en France et en Europe.

Par Carole Roger,
Quelques actualités Chinoises en matière de marques

Pour plus d'informations ou de conseils contactez-nous

Confidentialité et cookies

Pour fournir la meilleure expérience possible aux visiteurs du site Web, Novagraaf utilise des cookies. En cliquant sur "Accepter" ou en continuant d’utiliser le site, vous acceptez notre politique de confidentialité, y compris la politique en matière de cookies.