Le logo Citroën, une histoire de brevet

Par Cyrille Poindron,

Un petit coup d'œil dans le rétroviseur nous permet de revenir sur des inventions brevetées au début de l'ère automobile, qui ont été publiées en contrepartie du monopole accordé à l'inventeur, et sont encore accessibles.

Tout le monde connait l'emblème ou logo de la société Citroën : les chevrons en V. Le monde des brevets nous permet de retrouver l'histoire de cet emblème qui découle d'une innovation technique. Les chevrons en V de Citroën sont en fait une représentation d'une denture d'engrenages !

Il s'agit cependant d'une denture particulière, et qui a fait l'objet de nombreuses applications brevetées par M. Citroën, comme celle objet de cet article.

A la fin du 19ème siècle, il était connu d'utiliser des engrenages à denture droite (en rouge sur l'illustration ci-dessous), ou à denture hélicoïdale (en bleu ou vert sur la même illustration ci-dessous) :

engrenage à denture droite

(source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Engrenage#Denture_droite)

Cependant, les engrenages à denture droite sont bruyants (typiquement : le bruit de la marche arrière d'une automobile), et les engrenages hélicoïdaux sont plus complexes à fabriquer, et nécessitent une structure d'arbre plus robuste, en raison d'efforts axiaux plus importants que sur les engrenages à denture droite.

André Citroën, en visitant de la famille en Pologne en 1900, découvre une société qui moule des engrenages avec une denture "en chevrons", et voit là une innovation intéressante. En effet, ces engrenages "en chevrons" cumulent les avantages : ils sont silencieux comme les engrenages à denture hélicoïdale, et génèrent peu ou pas d'efforts axiaux comme  les engrenages à denture droite (car les efforts s'annulent).

engrenage à dentures hélicoïdaux

(source: https://fr.wikipedia.org/engrenage Citroën)

M. Citroën prend une licence d'exploitation, et surtout, perfectionne l'idée, et pose de nombreux brevets d'applications dans l'automobile.

En particulier, nous nous penchons sur le brevet FR461416(A), relatif à un pont arrière d'automobile, où l'utilisation d'engrenage à dentures "en chevrons" permet de concevoir des organes de petites dimensions et robustes.

Ce document a été déposé le 14 aout 1913. Ce document, qui a été déposé il y a plus de 100 ans, présente une belle planche de dessins qui montre clairement un pignon 5 qui engrène avec une roue 6, tous deux ayant la fameuse denture "en chevrons" :

engrenage à dentures en chevrons

Comme la loi sur les brevets l'impose, le texte décrit le fonctionnement et les avantages associés à cette construction, et on peut notamment lire : "Ce mode d'attaque du pont arrière par engrenages à chevrons présente l'avantage d'être d'une grande solidité, d'une grande douceur de roulement, tout en présentant une usure relativement lente."

Il est à noter que le monopole du brevet est accordé à son propriétaire en contrepartie de la publication de l'invention (pour permettre les perfectionnements et/ou l'utilisation après la fin du monopole), et grâce à cette disposition de la loi, ces brevets sont accessibles au public, et on peut toujours les consulter via des bases de données gratuites, comme Espacenet, de l'Office Européen des Brevets.

Lien vers le brevet FR461416(A) : https://worldwide.espacenet.com/publication

Par ailleurs, au-delà du fait que la denture "en chevrons" est devenue l'emblème et le logo de la société Citroën, on peut aussi noter que les brevets ont joué un rôle dans le développement de la société, en garantissant l'exclusivité des innovations, ce qui a contribué à faire de Citroën le deuxième constructeur mondial en 1929.

(source : https://fr.wikipedia.org/Automobiles Citroën)

Cyrille Poindron, Conseil en Propriété Industrielle à l'agence Novagraaf de Genève en Suisse.

Insights liés

Actualités et avis

Pas d’équivoque sur l’évocation de l’AOP Champagne

Le 17 avril dernier, la Chambre de recours de l’EUIPO a refusé à l’enregistrement la demande de marque de l’Union européenne « Champagnola » en se fondant sur l’évocation de l’appellation Champagne. Cette décision apporte des précisions importantes sur la notion d’évocation d’une indication de provenance, permettant de refuser à l’enregistrement une demande de marque ultérieure qui exploite sa réputation, quand bien même il s’agirait de produits ou services non similaires.

Par Manon Brodin,
Pas d’équivoque sur l’évocation de l’AOP Champagne

Pour plus d'informations ou de conseils contactez-nous

Confidentialité et cookies

Pour fournir la meilleure expérience possible aux visiteurs du site Web, Novagraaf utilise des cookies. En cliquant sur "Accepter" ou en continuant d’utiliser le site, vous acceptez notre politique de confidentialité, y compris la politique en matière de cookies.