[Blog] La marque PUT PUTIN IN n’est pas IN

Par Marion Mercadier,

Dans une décision du 23 août 2023, l’EUIPO a refusé la demande de marque de l’Union Européenne PUT PUTIN IN n°018843822, déposée en classe 25 (vêtements, chapellerie), estimant que le signe était contraire aux bonnes mœurs. Le signe peut se traduire, en français, par « faire enfermer Poutine ».

L’EUIPO considère que le signe PUT PUTIN IN permettrait de tirer profit d’un évènement reconnu comme tragique, à savoir l’invasion de l’Ukraine par la Russie, et bien que le signe puisse être perçu comme positif par le consommateur. Comme dans d’autres récentes décisions en lien avec la Russie et la guerre en Ukraine, l’office mentionne que cet évènement a aussi des implications pour l’Union Européenne telles que l’inflation, l’importation de gaz, la hausse des dépenses relatives à la défense, le flux migratoire de réfugiés ukrainiens à travers l’Europe, la pénurie de matières premières et l’impact négatif sur les pays émergents et en développement.

Cette décision est conforme à la pratique des offices de marques concernant les marques présentant un lien avec l’actualité.
Pour lire plus d’informations sur ce sujet, vous pouvez consulter notre article "La guerre en Ukraine sous l'angle du droit des marques".

Au-delà du motif de refus sur l’ordre public et les bonnes mœurs, la question se pose de savoir si cette demande de marque aurait pu être également refusée simplement pour défaut de caractère distinctif. En effet, le signe « PUT PUTIN IN » sur des vêtements serait-il vraiment perçu comme une marque par les consommateurs ? Permettrait-il de suffisamment distinguer ces produits de ceux d’une autre entreprise du secteur ?

Les déposants n’ont pas répondu à ce refus. Toutefois, ils ont encore la possibilité de déposer un recours à l’encontre de cette décision jusqu’au 23 octobre. Affaire à suivre…

Insights liés

Blog Nova IP Hour

[Blog] La liste des finalistes aux « European Inventor Award » dévoilée

La cérémonie du Prix de l’Inventeur Européen 2024 se déroulera à Malte le 9 juillet prochain. L’OEB vient de dévoiler la liste des douze finalistes. Comme chaque année, le public peut voter pour l’un des douze inventeurs dans le cadre du Prix du Public. Découvrez les finalistes et voter pour le prix du public.

Par Rose-Marie Ehanno,
[Blog] La liste des finalistes aux « European Inventor Award » dévoilée
Blog Nova IP Hour

[Blog] « Faute de grives je bois du merle » - Une idée marketing ingénieuse devenue contrefaçon

Le 21 février 2024, la Cour d’Appel de Paris a rendu son verdict concernant la marque de négoce « Faute de grives je bois du merle ». Clin d’œil à l’adage, ou subtile moquerie. Étaient visées les marques « Premières Grives » et « Dernières Grives », défendues vigoureusement par la société Tariquet. En effet, le domaine de Tariquet présente un quasi-monopole sur le terme « Grives » et sur la représentation de petits oiseaux ressemblants, pour désigner des vins moelleux d’IGP Côtes de Gascogne. Les deux négociants ont été condamnés pour contrefaçon et concurrence déloyale. Lire la suite

Par Novagraaf Team,
[Blog] « Faute de grives je bois du merle » - Une idée marketing ingénieuse devenue contrefaçon
Blog Nova IP Hour

[Blog] Héritiers d'Uzi Nissan récupèrent <nissan.com> et <nissan.net> après un long conflit

La société automobile Nissan a lutté pendant des années pour récupérer les noms de domaine et auprès de son titulaire, Uzi Nissan, fondateur de Nissan Computer. Elle a échoué, mais Uzi Nissan a dépensé plus de 3 millions de dollars pour combattre Nissan automobile au cours d'une bataille, de huit ans, débutée en 1999. Lire la suite

Par Marc-Emmanuel Mellet,
[Blog] Héritiers d'Uzi Nissan récupèrent <nissan.com> et <nissan.net> après un long conflit

Pour plus d'informations ou de conseils contactez-nous