La sérendipité, ou trouver ce qu’on ne cherche pas !

Par Valérie Stephann,

Nombre des inventions les plus connues ou les plus marquantes du monde ont été découvertes entièrement par hasard. Valérie Stephann présente cinq découvertes fortuites.

Que signifie le mot sérendipité et d’où nous vient-il ?

La sérendipité nous vient du mot anglais « serendipity » créé en 1754 par un certain Horace Walpole qui avait lu le conte persan « Les Trois Princes de Serendip » lorsqu’il était enfant.

Le mot sérendipité désigne une forme de disponibilité intellectuelle, de capacité, permettant de trouver de riches enseignements de façon inopinée, par erreur, par accident, par hasard, par inadvertance, par maladresse, par négligence.

De nombreuses inventions ont été réalisées par sérendipité. En voici quelques exemples bien connus.

  1. La pénicilline (1928)

En 1928, en rentrant de vacances, le biologiste Alexander Flemming retrouve dans son laboratoire des boîtes de Petri, où il faisait pousser des cultures de staphylocoques, envahies de moisissures blanchâtres. Il se rend compte qu’il y a autour des moisissures une zone épargnée, où les staphylocoques n’ont pas poussé. Il isole un extrait de la moisissure, et identifie qu’elle contient une substance antibactérienne, puissant antibiotique, sécrétée par le champignon et baptisée la pénicilline.

  1. Le four à micro-ondes (1946)

En 1946, l’ingénieur Percy Spencer, directeur de l’usine Raytheon de magnétrons pour radars et amateur de chocolat, constate, lorsqu’il passe à proximité d’un magnétron en activité, qu’il ressent de la chaleur dans la poche de sa blouse et que sa barre chocolatée a fondu. Il en déduit que les micro-ondes peuvent faire cuire ou réchauffer des aliments et a l'idée du four à micro-ondes. Sa société met ensuite au point les premiers fours à micro-ondes. Les premiers aliments délibérément testés par des micro-ondes sont le pop-corn et les œufs.

  1. Le Post-it® ou la colle qui ne colle pas (1974)

En 1968, Spencer Silver, chimiste au sein de la société 3M, développe par hasard un adhésif poisseux en mélangeant des monomères envoyés par un fournisseur. Ce nouveau polymère adhésif acrylique ne colle qu’à lui-même. Silver cherche à le faire commercialiser sous forme d'un vaporisateur et d’un tableau de conférencier auto-collant, mais sans succès. Quelques années plus tard, en 1974, un collègue de Silver, Arthur Fry, ressort l’adhésif du tiroir et en fait une utilisation imprévue : il l’utilise pour fixer de petits marque-pages à son cahier de chants, sans abîmer les pages.

Les Post-it® Notes seront ensuite commercialisées à la fin des années 70.

  1. Velcro® (1948)

En 1941, au retour d'une partie de chasse, George de Mestral, ingénieur suisse, est frappé par la solidité du lien entre des fruits de bardane et les poils de son chien. Il observe le fruit au microscope et constate que ses épines sont terminées par des crochets déformables qui se prennent dans les poils puis reviennent à leur forme initiale une fois arrachés du support. En 1948, après plusieurs années de développement, il crée un nouveau type de fermeture rapide pour vêtement baptisé « VELCRO » par contraction des mots « velours » et « crochet ».

  1. Teflon® (1938)

Le polytétrafluoroéthylène (PTFE), ou Teflon®, est découvert en avril 1938 par un jeune chimiste, Roy Plunkett, qui travaille sur la mise au point d'un nouveau réfrigérant et veut refroidir un gaz, le tétrafluoroéthylène (C2F4)3, dans de la neige carbonique. Il constate accidentellement que le gaz polymérise et devient le PTFE ((C2F4)n) sous forme d’une poudre cireuse et blanche, soluble dans quasiment aucun solvant, qui résiste à une température de 260 °C et révèle des propriétés antiadhésives exceptionnelles.

Et vous, avez-vous déjà inventé par sérendipité ? 

Valérie Stephann, Conseil en Propriété Industrielle – Brevets, Novagraaf, Suisse.

Insights liés

Actualités et avis

"sanofi.sucks" : illustration d’un détournement de la liberté d’expression

Loin d’être absolu, le monopôle conféré par la marque voit ses effets cesser lorsque son usage par un tiers sort de la sphère commerciale. En effet, lorsqu’une marque est critiquée, parodiée ou encore utilisée à des fins informatives, il n’y a pas d’atteinte à sa fonction d’identification d’origine. Le consommateur est censé savoir que l’auteur de la critique ou de la parodie n’est pas le titulaire de la marque lui-même.

Par Sigolène Pellet,
"sanofi.sucks" : illustration d’un détournement de la liberté d’expression
Actualités et avis

Quelques actualités Chinoises en matière de marques

Carole vous alerte sur l’importance de déposer au plus tôt les translitérations chinoises de vos marques à travers l’exemple New Balance et vous communique une application intéressante de la loi nouvelle concernant les dommages et intérêts. Carole assure la protection et la défense des actifs immatériels par le biais du droit des marques, des dessins et modèles, des noms de domaine et du droit d'auteur auprès de grands noms, de PME dans des domaines d’activité variés, et de correspondants asiatiques en France et en Europe.

Par Carole Roger,
Quelques actualités Chinoises en matière de marques
Actualités et avis

A l’affiche : les premières sorties de décisions de l’INPI en matière d’action en invalidation de marque

Si les cinémas français restent malheureusement fermés en ces temps difficiles (en espérant que le rideau se rouvre bientôt), les premières décisions sur demandes en nullité ou en déchéance pour non-usage de l’INPI sont de plus en plus nombreuses à l’affiche.

Par Pierre Coppin,
A l’affiche : les premières sorties de décisions de l’INPI en matière d’action en invalidation de marque

Pour plus d'informations ou de conseils contactez-nous

Confidentialité et cookies

Pour fournir la meilleure expérience possible aux visiteurs du site Web, Novagraaf utilise des cookies. En cliquant sur "Accepter" ou en continuant d’utiliser le site, vous acceptez notre politique de confidentialité, y compris la politique en matière de cookies.