Présomption de mauvaise foi et dépôt pour différents services : ce n’est pas le nombre de classes qui compte !

Par Aurélie Guetin,

Une action en nullité fondée sur l'argument de la mauvaise foi (article 59, paragraphe 1, point b), du règlement EUTMR a été engagée contre la marque UE "E-Plus" enregistrée pour divers services principalement dans les domaines de la publicité, de l'administration et de la gestion d'entreprises, des ressources humaines, de l'approvisionnement, du commerce de détail (classe 35), de la finance, de la banque (classe 36), de la construction, de l'entretien, de la réparation (classe 37), des télécommunications, de la radiodiffusion, de la location d'équipements (classe 38), de la science, de la technologie, de la recherche, de la conception et de l'analyse industrielles, de la conception et de l'entretien de logiciels informatiques (classe 42) et de l'hôtellerie et de la restauration (classe 43).

Le demandeur en nullité ne fournit aucune preuve que le titulaire de la marque n'avait pas l'intention de l’utiliser, et ne démontre pas non plus que la seule intention du titulaire est d'empêcher un tiers d'entrer sur le marché : l’action est rejetée par la division d’annulation.

La Chambre des recours confirme cette décision et souligne que selon la jurisprudence (29/01/2020, C-371/18, SKY, EU:C:2020:45, § 78) "la mauvaise foi du demandeur de marque ne peut être présumée sur la base de la seule constatation que, au moment du dépôt de sa demande, ce demandeur n'avait pas d'activité économique correspondant aux produits et services visés dans cette demande".

Une action fondée sur la mauvaise foi implique donc  :

  • d’avoir des éléments permettant de démontrer la volonté d’empêcher les tiers d’utiliser le signe : cela peut résulter de faits provenant du titulaire (lettre de mise en demeure à des tiers par exemple),
  • d’établir l’intention du titulaire de ne pas utiliser la marque : cette démonstration semble plus complexe et doit être bien préparée.

Lire cette décision

Insights liés

Blog Nova IP Hour

[Blog] Revirement de jurisprudence en matière d’inscription de transferts de brevets

La Cour de cassation a récemment annulé un arrêt de la Cour d’appel de Paris de 2022, en matière d’inscription de transfert de brevet (pourvoi n°22-22.999), permettant l’inscription postérieure aux actes de contrefaçon, tout en rappelant l’obligation de l’inscrire au registre national pour opposabilité. Lire la suite

Par Rose-Marie Ehanno,
[Blog] Revirement de jurisprudence en matière d’inscription de transferts de brevets
Blog Nova IP Hour

[Blog] K-WAY au défi de prouver l’usage sérieux d’une marque figurative

K-WAY S.P.A., titulaire de la marque de l'UE n°003971561, a vu sa marque maintenue uniquement pour les vêtements d'extérieur et les chaussures (classe 25) après une action en déchéance. La Chambre de Recours de l'EUIPO a décidé que cette marque pouvait s'appliquer à tous les vêtements, valises et sacs à dos, en jugeant que les modifications de son usage n'altéraient pas son caractère distinctif. Lire la suite

Par Alexis Thiebaut,
[Blog] K-WAY au défi de prouver l’usage sérieux d’une marque figurative
Blog Nova IP Hour

[Blog] Salon APinnov 2024 : L'Innovation au Rendez-vous

Le Salon APinnov 2024 se tient à Paris le 18 juin, réunissant les acteurs clés de l'innovation et de la propriété intellectuelle. Cet événement incontournable offre une plateforme unique pour découvrir les dernières avancées technologiques, rencontrer des experts de l'industrie et échanger sur les meilleures pratiques en matière de valorisation de la recherche. Lire la suite

Par Novagraaf Team,
[Blog] Salon APinnov 2024 : L'Innovation au Rendez-vous

Pour plus d'informations ou de conseils contactez-nous