Dépôt de brevet aux U.S. : Attention au droit de priorité !

Par Nadège Lagneau,

La propriété intellectuelle constitue un actif précieux qui peut favoriser l'expansion de votre entreprise à l'étranger. L’Europe et les États-Unis comptent parmi les partenaires commerciaux les plus importants au monde. Pour la plupart des entreprises, la protection de leurs innovations brevetables sur ces deux seuls marchés est souvent la fondation de leur portefeuille de brevets.

Toutefois, un premier dépôt de brevet aux Etats-Unis peut être source d’écueils importants si une protection en Europe est également souhaitée. C’est une question importante qui requiert la plus grande vigilance.

Sauf dispositions contractuelles contraires, les titulaires de la demande de brevet U.S. sont les inventeurs. En effet, contrairement à d'autres pays, il n’y a pas de disposition légale aux États-Unis selon laquelle un employeur doit être propriétaire des innovations d'un inventeur salarié.

En revanche, la demande ultérieure, par exemple européenne ou PCT, est déposée au nom de l’employeur.

Cette disparité de titulaires entre une demande de brevet U.S. prioritaire et la demande de brevet ultérieure qui en revendique la priorité peut être problématique en Europe. En effet, la revendication de priorité de la demande de brevet ultérieure peut être challengée en opposition par exemple. Cette situation peut conduire à l’invalidation de la revendication de priorité si la titularité du droit de priorité ne peut pas être démontrée de manière probante. La perte d'une revendication de priorité génère le risque très réel de révocation du brevet en raison d’un art antérieur publié entre le dépôt de la demande de brevet prioritaire U.S. et celui de la demande ultérieure (par exemple un article des inventeurs publiant leurs travaux sur l’invention).

Même si l’America Invents Act (« AIA ») prévoit que les demandes de brevet U.S. puissent être désormais déposées en désignant les employeurs comme déposants/titulaires, en droit américain, les inventeurs désignés sur une demande de brevet américain sont présumés être propriétaires de l’invention, sauf dispositions contractuelles contraires (par exemple contrat de travail ou « Assignment »). En l’absence d’une cession spécifique (« Assignment ») signée par les inventeurs, il revient à l’employeur de prouver qu’il est bien titulaire des droits sur l’invention qui fait l’objet de la demande de brevet prioritaire américaine et du droit de priorité.

C’est pourquoi, pour tout premier dépôt de brevet aux U.S. (demande de brevet provisoire ou régulière), il est généralement préférable de faire signer aux inventeurs une cession (« Assignment ») peu après le dépôt, et en tout état de cause avant le dépôt de la demande de brevet ultérieure (p.ex. PCT ou EP) revendiquant la priorité de la demande de brevet américaine. L’idéal est que le document de cession mentionne la cession des droits des inventeurs à l’invention objet de la demande de brevet U.S. prioritaire, ainsi que la cession du droit de priorité (qui est un droit distinct du droit à l’invention), à leur employeur/institution de tutelle.

C’est une précaution simple et peu coûteuse qui peut éviter de devoir entrer dans des débats compliqués en Europe (si la revendication de priorité est challengée par un tiers en opposition par exemple), et qui permet de sécuriser la revendication de priorité dans le cas d’un premier dépôt de brevet aux Etats-Unis.

En résumé, notre conseil pour tout premier dépôt aux U.S. générant un droit de priorité :

  • faire signer à vos inventeurs un « Assignment » spécifique (renseignant a minima le N° de la demande de brevet U.S., sa date de dépôt et son titre) cédant leurs droits à l’invention et le droit de priorité, à leur employeur/institution de tutelle
  • enregistrer le/les Assignment(s) à l’USPTO (généralement, un « Assignment » par employeur/institution de tutelle)

le tout, avant le dépôt de la demande de brevet subséquente (p.ex. PCT ou dépôt de brevet EP direct) revendiquant la priorité de la demande de brevet américaine.

Il est plus prudent de demander également à vos éventuels partenaires/institutions avec qui vous déposez des premières demandes de brevet U.S. de prendre cette même précaution, que ces partenaires/institutions soient américains ou non.

Bien entendu, pour les entreprises ou ressortissants français, en cas de premier dépôt de brevet à l’étranger, il convient également de considérer la question de l’intérêt que pourrait présenter l’invention pour la défense ou la sécurité nationale, et de l’atteinte « aux intérêts fondamentaux de la nation », et en cas de doute de demander une autorisation préalable de premier dépôt de brevet à l’étranger auprès de la Direction Générale de l’Armement.

Si vous avez des questions, n'hésitez pas à contacter votre conseil habituel ou à envoyer un mail à pat.fr@novagraaf.com.

Nadège Lagneau, Conseil en Propriété Industrielle – Brevets, Novagraaf, Suisse

Insights liés

Nova IP Hour

L’appellation d’origine « morbier » a le monopole de la raie noire

La Cour d’appel de Paris, par un arrêt du 18 novembre 2022, a mis fin à une bataille judiciaire de près de neuf ans opposant le Syndicat interprofessionnel de défense du fromage Morbier à la S.A.S. Fromagerie du Livradois. Sur renvoi de la Cour de Cassation, après question préjudicielle auprès de la Cour de justice de l’Union Européenne, la Cour a reconnu que la reprise par la fromagerie du Livradois de la raie horizontale centrale noire dans ses fromages, caractéristique figurant dans le cahier des charges, constituait une évocation illicite de l’appellation d’origine protégée Morbier. Il s’agit d’un arrêt important dans cette matière qui confirme la protection extrêmement large des indications géographiques. Au-delà de la simple atteinte au nom protégé, la simple évocation d’une des caractéristiques des produits protégés peut être fautive.

Par Carole Roger,
L’appellation d’origine « morbier » a le monopole de la raie noire
Nova IP Hour

Italie : Les actions en déchéance et nullité de marques possibles devant l’office Italien à compter du 29 décembre 2022

Comme c’est déjà le cas en France et dans plusieurs pays de l’Union Européenne, il sera bientôt possible de déposer des actions administratives en déchéance et nullité de marques enregistrées devant l'UIBM. En effet, le décret italien n° 180 du 19 juillet 2022 entrera en vigueur le 29 décembre 2022. L’instauration de ces procédures permettra sans aucun doute de réduire les coûts de défense des droits de Propriété Industrielle dans ce pays et de rationaliser les procédures. Notamment, l’office italien devra rendre sa décision dans les 24 mois. Il s’agit donc d’une excellente nouvelle qui permettra aux titulaires de droits d’actionner en Italie un nouvel arsenal juridique peu onéreux pour faire respecter leurs droits vis-à-vis des tiers contrefacteurs. Lire la suite

Par Carole Roger,
Italie : Les actions en déchéance et nullité de marques possibles devant l’office Italien à compter du 29 décembre 2022
Nova IP Hour

JUB – Report de la Sunrise Period et de l’entrée en vigueur

Le début de la Sunrise Period est reporté de deux mois. Ce délai supplémentaire vise à permettre aux futurs utilisateurs de se préparer à l'authentification forte qui sera requise pour accéder au système de gestion des dossiers et signer des documents, dont les requêtes d’opt-out. En effet, le délai initial semblait insuffisant au regard des intérêts légitimes des utilisateurs qui doivent trouver un fournisseur et acquérir les outils d'authentification requis. Par conséquent, la Sunrise Period commencera le 1er mars 2023 et sera suivie par l'entrée en vigueur de l’AJUB le 1er juin 2023. Comme tous les autres travaux préparatoires sont en bonne voie et conformes à la feuille de route publiée, aucun retard supplémentaire n’est prévu au-delà du 1er juin 2023. Lire la suite

Par Matthieu Boulard,
JUB – Report de la Sunrise Period et de l’entrée en vigueur

Pour plus d'informations ou de conseils contactez-nous

Confidentialité et cookies

Pour fournir la meilleure expérience possible aux visiteurs du site Web, Novagraaf utilise des cookies. En cliquant sur "Accepter" ou en continuant d’utiliser le site, vous acceptez notre politique de confidentialité, y compris la politique en matière de cookies.