Webinaire : Relever les défis en matière de propriété intellectuelle dans l'industrie des boissons

Détails

Détails

Le 21 juillet, nous avons réuni un panel d'experts Novagraaf pour discuter des tendances et des défis en matière de propriété intellectuelle auxquels sont confrontés les secteurs des spiritueux, du vin et de la bière. L'enregistrement de la session est disponible ci-dessous.

L'année dernière a été éprouvante pour de nombreux secteurs, notamment celui de l'hôtellerie, ce qui a eu des répercussions considérables sur l'industrie des boissons. Les marques de boissons ont été contraintes de diversifier leurs produits et leurs gammes et de mettre en œuvre de nouvelles stratégies pour relever les nombreux défis auxquels elles ont été confrontées.

Mais quels sont les défis auxquels l'industrie des boissons est confrontée cette année et comment ont-ils un impact sur la propriété intellectuelle des marques ? Au cours de ce webinaire Lexology, notre panel d'experts répondra à cette question et fournira des conseils sur la façon dont les marques de boissons peuvent gérer efficacement leur propriété intellectuelle et minimiser les risques en 2021. Le webinaire couvrira les points suivants :

  • L' impact du COVID-19 et du Brexit sur la protection des marques de spiritueux, de vin et de bière ;
  • L' impact de l'augmentation des tendances telles que les boissons sans alcool ou à faible teneur en alcool et les boissons gazeuses sur la protection des marques et des dessins et modèles ; et
  • Comment faire face à la montée en puissance de la contrefaçon à l'ère du COVID-19.

Parmi nos intervenants figuraient Florence Chapin, Conseil en Propriété Industrielle en marques chez Novagraaf Franc, Laura Morrish, Conseil en marques chez Novagraaf UK et Marlou van de Braak, Global Legal Director - Brands, Advertising & Sponsorships chez Heineken.

Insights liés

Actualités et avis

Pensez également au certificat d’utilité pour protéger votre invention !

Le brevet est sans aucun doute le titre de propriété industrielle le plus adapté pour conférer à son propriétaire un monopole durable d’exploitation (jusqu’à 20 ans et au-delà dans certains cas pour les produits pharmaceutiques. Cependant, dans certaines situations, le certificat d’utilité peut se positionner comme une alternative très pertinente !

Par Samir Affari,
Pensez également au certificat d’utilité pour protéger votre invention !

Pour plus d'informations ou de conseils contactez-nous

Confidentialité et cookies

Pour fournir la meilleure expérience possible aux visiteurs du site Web, Novagraaf utilise des cookies. En cliquant sur "Accepter" ou en continuant d’utiliser le site, vous acceptez notre politique de confidentialité, y compris la politique en matière de cookies.