Votre stratégie anti-contrefaçon est-elle à la hauteur?

Dans notre livre blanc "Votre stratégie anti-contrefaçon est-elle à la hauteur?", Gerard van Hulst décrit les étapes à suivre pour mettre en place une stratégie anti-contrefaçon et apporte des réponses aux questions fréquemment posées.

La contrefaçon est une menace pour toutes les entreprises modernes, affectant leurs profits, leur réputation et, dans certains cas, la sécurité de leurs consommateurs. Mais la menace – surtout en ligne – est si persistante qu’il peut être difficile pour les entreprises de savoir par où commencer.

De la préparation de l’analyse de rentabilité à la mise en place des types de soutien appropriés, ce livre blanc définit les cinq étapes vers le succès et apporte des réponses aux questions les plus fréquemment posées, notamment:

  • Qu'est-ce que l'anti-contrefaçon – et s'agit-il d'une infraction pénale?
  • Pourquoi ai-je besoin d'une stratégie anti-contrefaçon?
  • Quels types de produits risquent de faire l’objet d’une contrefaçon?
  • Comment enregistrer des marques avec les douanes?
  • Quelqu'un trafique des copies contrefaites de mes produits, que puis-je faire?
  • Comment devrais-je mesurer le succès?

Trouvez les réponses à toutes ces questions dans notre livre blanc (en anglais), que vous pouvez télécharger ci-dessous.

Télécharger le livre blanc complet


Votre stratégie anti-contrefaçon est-elle à la hauteur?

Insights liés

News & opinion

Comment sentez-vous le futur de votre propriété intellectuelle?

Dans un récent arrêt, la CJUE (Levola Hengelo BV v Smilde Foods BV in C-310/17) a nié la qualité d’œuvre et par conséquent une protection au titre du droit d’auteur à une saveur de fromage à tartiner, permettant ainsi à un concurrent de reproduire, selon Levola - le producteur original, le goût de son produit de façon similaire et contrefaisante.

Par Chantal Koller ,
Comment sentez-vous le futur de votre propriété intellectuelle?
News & opinion

Vins et unités géographiques: un casus belli pour la Cuvée du Golfe de Saint-Tropez

Selon un arrêt de la chambre criminelle de la Cour de Cassation du 4 avril 2018 et en application de la réglementation en matière d'AOP (Appellations d'origine protégée), une coopérative ne peut pas commercialiser des bouteilles de vins bénéficiant d’une AOP dont les étiquettes mentionnent les noms d’unités géographiques, si le cahier des charges de l’Appellation concernée ne prévoit pas cette possibilité.

Par Florence Chapin,
Vins et unités géographiques: un casus belli pour la Cuvée du Golfe de Saint-Tropez

Pour plus d'informations ou de conseils contactez-nous

Cookie policy

Pour fournir la meilleure expérience possible aux visiteurs du site Web, Novagraaf utilise des cookies. En cliquant sur «Accepter» ou en continuant d’utiliser le site, vous acceptez notre politique de confidentialité, y compris la politique en matière de cookies. »