ALERTE - Juridiction Unifiée du Brevet : Protégez vos arrières !

Par Novagraaf Team,

Retrouvez toutes nos publications relatives à la JUB et suivez en temps réel la feuille de route en cliquant ici.

Cette expression issue du domaine militaire est tout à fait appropriée depuis l’entrée en vigueur de la Juridiction Unifiée du Brevet (JUB) le 1er juin 2023 : les préparatifs sont actifs parmi les titulaires de brevets européens et certains de ces titulaires laissent entendre qu’ils sont sur les starting-blocks pour entreprendre des actions devant la JUB sur la base de leurs brevets européens.

Comme vous le savez, depuis le 1er juin 2023, les titulaires de brevets européens et de brevets européens à effet unitaire peuvent mener des actions contre des tiers dans le cadre d'une procédure judiciaire unique, couvrant actuellement 17 États membres de l'UE, dont la France, l’Allemagne et l’Italie, actions qui peuvent notamment conduire la JUB à ordonner des mesures provisoires, telles que des demandes d’interdiction provisoire et/ou à ordonner des saisies-contrefaçons.

Si votre entreprise est visée par de telles demandes, la JUB peut y faire droit sans votre audition. Ce risque ne peut être raisonnablement contré qu'en déposant une lettre de protection (« Protective Letter ») auprès de la JUB.

La jurisprudence récente de la CJUE se montre plutôt en faveur du breveté, le brevet délivré étant présumé valable jusqu’à preuve du contraire, et il n’est pas exclu dans ce cadre que la JUB se montre également en faveur du breveté pour ces mesures provisoires ou ordonnances de saisie contrefaçon, surtout si aucune lettre de protection n’est présente dans le dossier au moment de prendre la décision.

Le risque commercial lié à une interdiction provisoire à l’échelle européenne n’est pas négligeable. Nous vous recommandons en conséquence d’envisager la préparation d'une lettre de protection et son dépôt à la JUB, notamment dans les cas où vous estimez cette démarche appropriée, pour être entendu par la JUB et tenter d’éviter que vous soyez confronté à de telles ordonnances, par exemple sur la base d’un brevet européen dont vous avez connaissance, et qui, bien que non pertinent et/ou dont la validité peut être contestée, représente un risque du fait de son titulaire.

La lettre de protection est conservée par la JUB pendant six mois renouvelables, moyennant le paiement d’une taxe de 200 euros. Ce mémoire n’est pas accessible au public et les titulaires des brevets européens n'en prennent connaissance que s'ils requièrent une mesure provisoire à votre encontre.

La lettre de protection ou « Protective Letter » peut contenir des faits, des preuves, par exemples des documents pertinents de l’art antérieur au brevet, et des arguments de droit et exposer les raisons pour lesquelles toute future demande de mesures provisoires devrait être rejetée par la JUB.

Nous restons à votre disposition pour tout complément d’information concernant la JUB en général, et la préparation et le dépôt d’une lettre de protection auprès de la JUB. Vous pouvez nous contacter ci-dessous, afin d’être mis en contact avec l’un de nos experts en brevets, conseil en propriété industrielle et mandataire près l’office européen des brevets spécialisé dans vos domaines technologiques.

Pour consulter toutes nos publications et suivre en temps réel la feuille de route de la juridiction unifiée du brevet, cliquez ici.

Insights liés

Blog Nova IP Hour

La Cour d’Appel de Paris complète la jurisprudence en matière d’insuffisance de description

Le 29 mai 2024, la Cour d'appel de Paris a rendu une décision concernant l'insuffisance de description en matière de brevets, et apporte des précisions cruciales sur les exigences relatives à la description pour qu’un brevet soit considéré comme valide. Lire la suite

Par Novagraaf Team,
La Cour d’Appel de Paris complète la jurisprudence en matière d’insuffisance de description
Articles

L’affaire veuve Clicquot : Les défis de l’acquisition du caractère distinctif par l’usage pour les marques de couleurs

Si les marques de couleurs peuvent constituer un puissant outil de différenciation pour les entreprises, leur enregistrement et protection juridique sont loin d'être évidents. La maison Veuve Clicquot Ponsardin, en cherchant à protéger sa célèbre couleur orange, illustre parfaitement les défis de l’acquisition du caractère distinctif par l'usage au sein de l'Union européenne.

Par Novagraaf Team,
L’affaire veuve Clicquot : Les défis de l’acquisition du caractère distinctif par l’usage pour les marques de couleurs
Articles

Le lion n’en fait-il qu’à sa tête ? Exemple de la défense d’un signe figuratif composé d’une tête de lion

Les représentations d’animaux sont fréquemment utilisées à titre de marques. Qu’en est-il cependant de la défense de tels signes figuratifs ? Ce n’est pas toujours chose facile, comme l'explique Fabienne Maucarré.

Par Fabienne Maucarré,
Le lion n’en fait-il qu’à sa tête ? Exemple de la défense d’un signe figuratif composé d’une tête de lion

Pour plus d'informations ou de conseils contactez-nous